Une histoire de Trafik

TradeSpotting a confié à l’agence lyonnaise Trafik la refonte de son identité graphique pour un déploiement total. Singularité, universalité et humilité ont été les mots d’ordre de la construction d’un design à la fois fort, joueur et étonnant !

Trafik, une agence de design graphique ?

Oui mais pas que du design graphique… Joel Rodière et moi avons fondé ce bureau sur nos deux métiers. Joel et dev et je suis graphiste. Il s’agissait donc de travailler ensemble et d’imaginer des projets qui mixent nos compétences.

Comment envisagez-vous la conception d’une identité graphique pour une marque ?- Le design graphique : une approche à la fois numérique et print ?

En effet, la question du digital et du print ne se pose plus. Une identité doit fonctionner avec un déploiement total. Print, desktop, mobile, statique, animée. Ça implique un travail plus important mais aussi plus intéressant. Pour nous une identité ne doit pas seulement être cohérente et intemporelle , elle peut aussi être joueuse, étonnante, amusante même…

Comment avez-vous pensé la conception de l’identité et de la nouvelle image de TradeSpotting ?

L’agence totalement dédiée au digitale. L’enjeu à été de proposer une identité globale qui valorise des valeurs « humaines » pour justement rappeler que derrières tous ses savoirs il y des gens, des sensibilités.

Par ailleurs, l’agence étant en plein développement (international), nous avons également développé un principe qui évoque « l’universalité ». Ce qui n’est pas simple car l’universalité peut conduire à des principes désincarnés…

Quel est l’univers graphique véhiculé à travers la nouvelle identité ?

Singularité, universalité et humilité.

S’agissant du logo nous avons cherché un symbole graphique qui évoque la rencontre, le lien, la data et le développement. Nous avons donc joué avec les 2 tt que nous avons redessiné pour évoquer ces valeurs.

Ensuite, un choix typo « fort » qui participe à identifier l’agence au delà de son logo. Puis une gamme de couleurs très joueuses et décomplexées, permettant de jouer des accords dynamiques et détonants. Enfin on mix l’ensemble avec quelques images pour créer des rencontres inattendues.

Un plaisir à coordonner et à déployer.

L’approche web et print au cœur de la réflexion ?

Totalement, desktop et mobile first. Et tous les outils pour que l’équipe puisse s’approprier le langage dans le cadre des ses recommandations.

Éternelle question, quelles sont les sources d’inspiration ?

François Morelet pour ses principes de contraintes, Sol Lewitt pour son graphisme ou encore beaucoup d’artistes d’art cinétique, Vasareli, Sotto, Julio Leparc…

L’agence Trafik possède-t-elle son propre esthétisme ?

Pas forcément, ce qui nous importe c’est d’être juste et de trouver les formes qui ont du sens.

Pouvez-vous nous partager quelques projets graphiques qui vous ont marqué ?

Jean Widmer pour sont travail pour le CCI, l’identité du centre George Pompidou ou encore pour les pictogrammes pour les autoroutes de la SAPPR (qu’on ne voit plus). John Maeda pour ses calendriers pour la marque Shisheido et ses productions graphiques à partir de code et aussi Paul Rand à qui l’ont doit quelques logo immortels comme IBM, UPS (ancienne version), et aussi Saul Bass ses quelques génériques très graphiques.

Des projets à venir ?

Nous venons de livrer une grosse expo sur l’esprit « critique » pour Univescience, nous livrons également la communication de quelques scènes Nationales et toujours beaucoup de concours pour des sujets d’identité et de scénographie.

Bref pas le temps de s’ennuyer et ça nous va bien.

Pierre Rodière
Agence Trafik